la petite se souvientAu fil de son histoire, vous verrez grandir cette petite fille.

Le texte est un peu long, je le reconnais, mais il m'est impossible de le partager. Prenez patience, essayez de lire jusqu'à la fin pour suivre cette petite fille.

Bonne lecture à toutes.

 

imagesCA47H59F

 

 

 

Je me souviens, il y a une cinquantaine d'années, d'une petite fille.....

 Sa maman revenait de l'usine de tissus. Elle était épuisée. Avec sa jeune soeur elles jouaient aux cartes sur la table de la cuisine avec leur père, alors que celui-ci était ivre mort. Il s'avachissait sur la table et faisait glisser la nappe. Il fallait l'occuper pour que sa colère sous-jascente n'explose pas.

Elle se souvient la petite fille,

d'avoir entendu la douce voix de sa maman qui appelait à l'aide. Ette était appuyée sur les battants de la cave. Il y avait une cave en terre battue refermée par deux battants en bois. Cette cave fut un enfer pour son frère. La petite fille en reparlera plus tard. Cette voix inhabituelle l'a interpellée. Elle est sortie, et sa maman était effondrée par terre. Elle eut très peur. Il a bien fallu qu'elle appelle son père. Il est sorti et a aidé la maman à monter les quelques marches qui les séparaient de l'entrée de la cuisine. Son teint était gris.

la fillette était prise de panique. Avec sa petite voisine, qui avait à peu près son âge, elle sont parties en courant à perdre le souffle chercher le médecin. A cette époque là, il n'y avait pas de téléphone chez elle, tout se faisait à pieds. Elle sont arrivées toutes essoufflées au cabinet. Son épouse les a reçues et leur a dit qu'il n'était pas disponible pour le moment. Elle a regardé Monique (sa voisine) et lui fait signe de la tête en montrant le docteur qui était en train de prendre son repas. Elles sont reparties avec pour commission de dire qu'il allait arriver bientôt.

De retour chez elle, l'état de santé de la maman empirait. Son père était à moitié dégrisé, mais il était près de maman.

La maman avait été installée dans la chambre qui était celle de la fillette et de ses soeurs. Un peu à l'étroit, mais elles y étaient habituées.

La maman n'allait vraiment pas bien. L'angoisse commençait à l'envahir. Leur frère était revenu à la maison. Un peu de soulagement pour la petite fille car ils étaient très fusionnels.

A nouveau, elle pris les jambes à son cou, et reparti chercher le médecin. Arrivée au domicile de celui-ci faisait office de cabinet médical également, elle le vit sortir de chez lui tranquille après avoir pris son repas.

Elle lui dit :

"Dépêchez-vous, maman va très mal...

Il lui répondit nonchalamment : "j'arrive".

Le temps paru une éternité à la petite fille de le voir monter dans sa 2cv. Le médecin ne lui proposa même pas de l'emmener dans la voiture. Elle repartit en courant.

Arrivée à la maison, le médecin était en train d'ausculter sa maman. Ses lèvres étaient violettes, le bout de ses doigts étaient noirs.

On interdit aux enfant d'entrer dans la chambre. Dans le coeur de la petite, tout était en révolte. Elle ne comprenait pas pourquoi elle ne pouvait approcher sa maman. C'était terrible.... Elle était à mille lieux de se douter de ce qui allait arriver.

Tout vacillait autour d'elle, elle avait peur. Les enfants étaient chacuns de leur côté ne sachant quoi se dire et quoi penser. Cette attente était hurlante de douleur.

Le médecin est sorti de la chambre et leur a demandé de mettre de l'eau à bouillir pour stériliser ses instruments (seringue et aiguille, pratique de cette époque). Plus aucune parole ne sortait de la bouche des quatre enfants. La non communication de ce docteur sur l'état de santé de la maman leur faisait très mal. Ne pas savoir c'est le pire de supplice.

Il est retourné dans la chambre et a fait une injection à la maman. Toujours aucune nouvelles pour rassurer les enfants en pleur. Elle avait à peine 13 ans la petite fille. Elle était si proche de sa maman à laquelle elle vouait un réel amour.

Au bout d'u long moment, le docteur est ressorti de la chambre. Sans aucun ménagement pour les enfants , il leur dit "votre maman est morte".

Tout en la petite fille s'est affolé. Elle n'avait pas le droit de la voir. Elle était soit-disant trop petite. Mais pourquoi trop petite ? elle avait bien le droit de la voir sa maman, de l'embrasser, de l'enlacer de pleurer sur elle ? Non, cela était réservé aux grands.

Ils pleurèrent tous ensembles tant cette douleur leur était insupportable, ce déchirement, cette subite solitude presque irréelle. Les corps tremblants reflétaient leur souffrance. Le vide était fait tour autour d'eux, ils étaient seuls au monde. La petite fille s'éloigna, s'écarta du reste de la famille pour espérer que le médecin s'était trompé. Mais non il ne s'était pas trompé. Elle est partie, la petite fille, dehors en hurlant de chagrin et d'abandon. L'être qui lui était le plus cher au monde venait de disparaître sans qu'elle puisse lui dire au revoir. Elle a couru tant qu'elle a pu dans la rue, quand elle traversa une voiture arrivait. Elle se sentit tirée en arrière, une vive brûlure envahie son visage c'était son frère qui la rattrapait. Elle se jeta dans ses bras pour trouver un refuge. Ils sont resté longtemps enlacés pleurant ensemble. Leur vie ne serait plus jamais la même à partir de ce jour là.

Comment ne pas être blessée par cette disparition subite. Une partie d'eux s'est brisée et jamais ne sera recollée. Rien n'avait annoncé ce drame. La maman était très fatiguée elle travaillait beaucoup. Elle travaillait en usine (confection de feutrine), ensuite elle faisait des ménages chez les particuliers. Pas le ménage comme il se fait maintenant, non..... elle frottait les parquet, passait la paille de fer aux pieds, encaustiquait et faisait briller avec ses pauvres jambes pleines de varices.

C'était une bonne maman. Elle était pour la petite fille un exemple de courage et d'endurance dans sa souffrance. Elle ne méritait vraiment pas de partir si jeune : 47 ans. Les larmes voilent les yeux de la fillette. Elle a grandi et est devenue une adolescente..

 

 

imagesCA47H59F

 

 

Merci d'avoir pris votre temps pour aller jusqu'au bout.  Si cette histoire vous a plu vous pourrez lire la suite dans une prochaine édition.

Je vous souhaite à toutes un très bon week-end

 

bon wk lapin fillette

 

 

 

 

 

 

 

 

 SUNNY