Jeanne GranditBONJOUR A TOUTES et à TOUS

suite "La petite fille se souvient"

 

JEANNE GRANDIT

"LE REPASSAGE"

          Après les obsèques de la maman, la vie reprit tant bien que mal son cours.

          Ils étaient tous perdus. La disparition tragique de la maman qui était le pilier de la famille, les laissaient désemparés. 

          Jeanne a maintenant treize ans. Les tâches se sont réparties d'elles-mêmes.

          Bien entendu, les tâches ménagères incombèrent à Jeanne. Tout ce qui

          était ménage, gérer le chauffage (cuisinière bois et charbon). Vous

          savez, les grosses cuisinières d' autrefois faites de fonte et de cuivre.

          Un peu comme celle-ci :

imagesCAVE2XDQ

 

 

         

          Il fallait enlever les cendres et la charger pour qu'il fasse chaud dans la   maison quand le père rentrait du travail.    

         Elle n' était pas très forte Jeanne, elle le faisait sans rouspéter. Sa jeune soeur   pendant ce temps là s'amusait. C'est vrai que Jeanne se sentait bien seule dans la maison.

Chez elle, il n'y avait pas de machine à laver (matériel réserver pour les nantis).

La lessive se faisait toujours le jour où il n'y avait pas école.

Les deux manches retroussées, elle commençait par trier le linge et mettre le blanc dans une lessiveuse qu'il fallait qu'elle remplisse d'eau et de lessive. Elle devait soulever celle-ci et la déposer sur la cusinière. Elle se souvient d'être restée longtemps à observer l'eau qui en bouillant jaillissait . Au milieu de la lessiveuse se trouvait un socle sur lequel était fixé un tube terminé d'un rond plein de trous sur les bords. L'eau giclait par ces trous.

lessiveuse (Comme vous pouvez le voir sur cette photo.). Le linge dégageait une odeur bien spécifique. Une fois que le linge avait bien bouilli, Jeanne prenait la lessiveuse et versait avec une extrême prudence (pour ne pas s'ébouillanter) le contenu de celle-ci dans un baquet.

baquet et lessiveuse Celui-ci était posé sur un grand tabouret. dans lequel était déjà installée une planche usée par les frottements . La lessive commençait. Munie de la brosse à chiendent et de son gros savon

brosse à chiendent savon

Jeanne frottait, frottait...... Puis le rinçage, l'essorage le tout à la main. Le seul moment apprécié par elle c'était l'étandage du linge. Instant où elle se trouvait dans le jardin tranquille. Elle essuyait le fil de fer galvanisé avec un chiffon pour qu'il n'y ait pas de trace sur le travail qu'elle venait de faire.

           La lessive sèche il lui fallait repasser. Mais pas avec les moyens que nous avons maintenant, oh non !!! Elle prenait la couverture qui était pliée en quatre avec un drap, posait le tout sur la table de la cuisine et mettait les fers à chauffer sur la cuisinière. Il lui en fallait plusieurs pour ne pas avoir de d'arrêt pendant le repassage. Vous savez, ces vieux fers en fonte :

fer a repasserLa poignée était recouverte d'un molleton pour ne pas se brûler la main Jeanne ne se rappelle plus le temps qu'elle passait courbée sur la table pour repasser. Elle était épuisée, mais contente d'avoir accomplit la tâche qui lui incombait.

Non, pour Jeanne la vie bien plus rude était à venir et allait briser une partie de sa vie.

Le coeur de Jeanne est rempli de la souffrance de la perte de sa maman.

Cette douleur ne disparaîtra jamais, ce manque, la petite fille en souffrira toute sa vie.

à suivre ..........

Aujourd'hui moins de tristesse dans la vie de Jeanne, mais attendez la suite.....

Merci à toutes et à tous d'avoir pris le temps de lire.

Je vous souhaite une bonne journée.

imagesCA2IRHX2 SUNNY